3.2. Lutter contre les inégalités d’orientation entre filles et garçons et intégrer les publics prioritaires

Les études supérieures : une ambition légitimée

Les inégalités entre filles et garçons en termes d’orientation au sein de l’académie sont la résultante de deux facteurs principaux. Jusqu’en classe de seconde, le taux de redoublement des garçons – très supérieur à celui des filles – produit des effets néfastes sur les poursuites d’études, et, partant, les sorties sans qualification. À partir de la classe de seconde, la relative inappétence des filles pour les orientations vers des sections scientifiques demeure une question vive.

Sur la base de ce constat, l’académie de Versailles a mis en place plusieurs dispositifs. Dans le cadre de la liaison collège-lycée sont proposées des interventions de pairs auprès des élèves de 3è ainsi que des tutorats entre élèves de 3è et de 2nde. Cette problématique est intégrée dans le travail engagé autour du décrochage, notamment lors de la Semaine de la persévérance.

Au-delà, afin de donner de l’ambition pour les études supérieures à des élèves issus de milieux défavorisés et d’accompagner leur entrée dans l’enseignement supérieur, trois dispositifs – Cordées de la réussite, Classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) en partenariat avec les universités et Résidences pour la réussite – ont été développés.

Adaptées géographiquement aux potentiels partenariaux, les Cordées s’organisent autour de l’acquisition de codes sociaux, de l’aide à l’orientation et de l’accompagnement aux démarches sociales par le biais de tutorats personnalisés et de parrainages. En aidant les élèves concernés à exprimer une ambition légitime, ce dispositif contribue à la liaison bac-3/bac+3. À ce titre, il a vocation à s’élargir aux élèves de lycée professionnel et à accueillir davantage de collégiens.
Inscrit dans la continuité des Cordées de la réussite, le dispositif des « Classes préparatoires aux grandes écoles en partenariat avec les universités » a quant à lui pour objectif de permettre à des élèves qui n’auraient pas eu l’ambition d’aller en CPGE d’intégrer une grande école. Construit autour d’un partage pédagogique entre des enseignants de classe préparatoire et de l’université, ce partenariat permet de sécuriser le parcours des élèves. Les résultats aux concours, couplés à l’information auprès des élèves des lycées source sont susceptibles de susciter davantage de candidatures d’élèves boursiers issus des Cordées de la réussite.

Deux Résidences pour la réussite viennent compléter au niveau académique l’ambition en direction de publics prioritaires. Ouvertes aux néo-bacheliers, elles proposent un accompagnement éducatif et pédagogique. Un renforcement de leur visibilité permettrait d’en faire bénéficier un nombre d’étudiants plus important.

État des Classes Préparatoires aux Grandes Écoles partenaires d’une Universite

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)